pesto ail sauvage, ChKeraudren

A l'ombre de mon très très vieux poirier (plus de cent ans !) s'étale une rieuse colonie d'ail sauvage. J'en offre des brassées et me régale à remplir de jolis pots anciens d'un pesto parfumé qui n'attend plus qu'une large tranche de pain de campagne, à peine grillée, encore tiède. C'est un cadeau que me fait mon jardin, peut-être pour se faire pardonner de parfois me rendre folle, comme avec ces jolies mais bien trop envahissantes renouées du Japon, arrivées là sans y être invitées, apportées par les engins venus construire la maison du voisin. Mais qu'est-ce que j'apprends ? Les renouées sont comestibles ? Oh, il va y avoir des essais en cuisine !