DSCN3569

En rentrant à la maison je me suis arrêtée au bord de la route, à l'entrée d'un champs. Je ne pouvais détacher mon regard de la ligne d'un jaune doré qui, lentement, montait derrière la colline. Derrière moi il faisait encore nuit et devant le bleu infiniment lisse se retirait doucement pour céder la place à ce jaune triomphant d'une aube hivernale. Sur la colline se détachaient, bien alignées, les silhouettes des arbres dépouillés, comme une ombre chinoise. L'éblouissement n'a duré que quelques minutes et puis voilà, c'était passé, et la lumière laiteuse avait soudain effacé la trace de tout cet or jeté à pleines poignées. Je suis rentrée, maison endormie, mes mains posés sur la chaleur de la théière, silence, et me suis mise au travail.