Difficile de croire  que nous sommes à la moitié de l'année, que l'hiver est bien loin derrière nous, que le printemps s'essouffle pour laisser place à un été qui, même s'il commence frileusement, n'en est pas moins exubérant dans ses parterres de fleurs et toutes ses gammes de verts. En quittant mon jardin pour mes stages marocains j'ai laissé des rosiers en boutons, des feuilles encore toutes chiffonnées sur les grands arbres et des milliers de fleurs de fraises sauvages. Deux semaines plus tard je n'ai rien reconnu, comme si un grand coup d'accélérateur avait été donné, profitant de mon absence. Le temps de défaire ma valise, de retrouver le silence de mon atelier blanc, de reprendre mon rythme et me voilà de nouveau sur le départ. Mes stages d'étés sont bretons, et la semaine prochaine c'est autour du golfe du Morbihan que j'emmènerai mes stagiaires. Des dunes et des petits villages croquignolets, des bateaux, des oiseaux, des menhirs, et la mer, la mer, la mer au bout de nos pinceaux. La météo s'annonce frondeuse, espérons que Toutatis, dieu du ciel, sera clément...

PoêteFerrailleur01

Vannes01

RochefortEnTerre03