C'était le creux de l'hiver, le jour semblait ne jamais vouloir se lever et les phares des voitures se reflétaient sur la route mouillée. Je n'avais trouvé comme seul abri possible contre la morosité du jour qu'une librairie. Pas un de ces monstres aux milliers de références incontournables et aux rayons agencés par des spécialistes du marketting, non, juste une librairie, un de ces endroits qui a réponse à toutes les angoisses, tous les chagrins. Un de ces endroits qui invitent à prendre le temps, et même, même... à parler avec le libraire (!!!). C'est là que j'ai découvert Miles Hyman. Non, en fait pas découvert, j'avais déjà croisé ses illustrations, mais juste en passant, et cette fois c'était comme un rendez-vous... le beau volume, la couverture aux couleurs chaudes (n'est-ce pas parfait pour l'hiver, une couverture aux couleurs chaudes ?), et le trait, entre BD graphique, affiche des années 30, paysage figé et intense à la Hopper.

Miles Hyman est né en 62, aux Etats-Unis (mais ça, on s'en fiche un peu, non ?). Il grandit là-bas, étudie la peinture, débarque à Paris, devient illustrateur, repart, revient. Et toujours travaille sa patte, son style, sa palette chaude et saturée immédatement identifiable. Il travaille pour de grandes maisons d'édition, des marques de luxe sensibles à ce "je ne sais quoi"  qui fait son charme. L'année dernière il est venu exposer en Bretagne, à Quimperlé, notamment quelques toiles mettant la ville en scène. Je ne m'en lasse pas (allez sur le net, vous en découvrirez plein !)

54559d_7d0aba03385c470786058462c7bafe36

quimperle-les-plein-d-animations-en-tous-en-genres-cet-ete_2

640_lvroma_itin3_campo1_final1-couverture