DSCN5365

Je ne me souviens pas m'être jamais ennuyée lors de ces longues vacances estivales de mon enfance. Déjà, lecture et dessin étaient mes deux piliers, et leur indéfectible soutien m'a permi de tout traverser, les longs déserts comme les tempêtes de la vie. Toujours, partout, penchée sur un dessin, un livre dans la poche, quand ce n'était pas le contraire. Et puis ces heures de bricolage qu'on n'appelait pas encore art postal, ces heures à bricoler d'improbables enveloppes aux couleurs de soleil, de lune ou de grande marée. Tant que ma mère voulait bien m'acheter des timbres j'écrivais à mes grands-parents, oncles, tantes, cousins, cousines, à mes copines de classe, à ma maîtresse, à la vieille dame d'à côté... il me fallait mettre la vie en mots et en couleurs, c'était impératif, comme une soif qui revient dés qu'on a fini de boire. Et les années ont passé, et j'en suis toujours là...

DSCN5367