IMGP5684IMGP5687IMGP5692IMGP5699

Le ciel était bas, plombé, et menaçait à chaque instant de fondre en larme. J'aurais préférer leur montrer ces lieux sous le grand ciel bleu de mes étés ici. Sur la route longeant la mer, entre la pointe Saint-mathieu et Le Conquet, je retrouvais mon enfance. Dans tel virage mon vélo était parti dans le fossé, et moi avec. Dans telle anse une jeune baleine était venue s'échouer et mourir, et la carcasse, impossible à venir chercher au milieu des rochers, était restée pourrir pendant des semaines. Sur tel bout de falaise ma petite chienne, courant après un oiseau, avait fait un immense vol plané pour amerrir sans une égratignure six mètres plus bas. Et le gout du sel sur mes lèvres, et le sable bleu de la plage du même nom, et le départ pour Ouessant dans le port du Conquet. Je reposais un à un mes souvenirs sur les lieux, cherchant trace des disparus, admirant la vie emportant tout.